l'ascenseur funiculaire de Strepy-Thieu comme vous ne l'avez jamais vu


Chantier escargot...

Prévu pour durer 6 années, l'ascenseur que vous allez visiter aura nécessité 20 années de travaux; C'est le chainon manquant pour permettre aux bateaux de 1350 voire 2000 tonnes de franchir le nouveau canal du centre.
La dernière section de notre canal aura englouti un budget d'un millard d'Euros.
Le projet fut plusieurs fois remis en cause, mais, finalement en 2002 c'est un énorme OUF de soulagemennt que tout le monde poussera.

Quelques données et chiffres.

Il s'agit avant tout de deux ascenseurs autonomes l'un vis-a-vis de l'autre; Autrement dit : Quand un ascenseur effectue un mouvement, l'autre n'est pas obligé de faire un mouvement réciproque.
C'est la raison pour laquelle chaque bac est équilibré par des contrepoids.

Pour avoir le tournis...

144 cables dont 32 moteurs soutiennent chaque bac et les contrepoids.
Les cables moteurs sont mus par 4 moteurs et 8 gigantesques cabestans.
La différence entre les deux biefs est de 73,15 mètres; La translation s'effectue en 6 minutes.
Des bateaux de 1350 tonnes et des barges jusque 2000 tonnes peuvent utiliser l'ascenseur.

Le jeune chasse l'ancetre.

La mise en service de cet ouvrage qui rappelle étrangement des pyramides d'un pays lointain provoque la mise hors service des 4 authentiques ascenseurs hydrauliques sur l'ancien canal.
Ces superbes pièces seront conservées et sont d'ailleurs inscrites au patrimoine mondial de l'Unseco.
Voici deux photos de l'ascenseur n░4 pendant sa rénovation.

A quelques centaines de mètres de là le colosse en beton se laisse admirer.

Là ou n'ira pas le commun des mortels.

Une visite du mastodonte est tout à fait possible puisqu'un circuit touristique est prévu à cet effet.
Inutile toutefois de vous attendre a ce genre de ballade ici; Vous êtes sur "entreeinterdite.be"!
En avant donc pour une promenade ascensorielle de la cave au grenier qui ne vous laissera pas indifférent; Sensations fortes garanties!

Pour commencer, nous descendrons dans le "Trou du bac"; C'est un orifice gigantesque et profond de 4 à 5 mètres, dans lequel stationnent le bac et les contrepoids quand ils sont au niveau aval.

Prenons l'escalier et descendons; Dans la cale, on remarquera les 4 verrous qui bloquent le bac en position basse sans oublier la porte de bief derrière laquelle se trouvent un joli paquet de tonnes d'eau.

Cachés dans la base de l'édifice, on découvre les contrepoids coté centre qui sont derrière le beton.

Descente et montée.

La sonorisation nous annonce un mouvement de l'installation.
Il suffira de quelques instants de patience pour entendre la machinerie se mettre en route; 6 minutes suffiront pour que le bac de 8000 tonnes descende sur nous, équilibré par les 8 contrepoids montants.


Croisement du bac et d'un des contrepoids


Le mouvement ralenti, et, le bac s'immobilise juste au dessus de nos tétes.

Derrière un des verrous, nous trouvons un escalier qui nous amene sur le bac.
Pendant ce temps un bateau entre dans le bac.

Les portes du bief et du bac se ferment, puis, l'espace entre les deux portes est vidé de son eau; Nous allons partir rapidement.

Après quelques minutes d'attente, le bruit caractéristique de la machinerie se fait entendre; Le bac s'élève.

Le bruit des moteurs nous fait comprendre que la vitesse diminue, il faut dire que nous sommes maintenant proche du sommet.
Encore quelques instants et le bac s'arrête au bief supérieur.

Repassons vers la partie centrale de l'ascenseur.

A l'autre extremité de l'édifice, nous en profiterons pour spotter l'autre bac 73,15 mètres plus bas.

Le poste de commande et la salle des machines.

Quelques volées d'escalier seront nécessaire pour atteindre l'objectif tant convoité.

Il suffit de monter encore d'un étage et nous voilà dans la salle des treuils.
un panneau à l'entrée que le bruit peut atteindre les 90 décibels quand les machines fonctionnent.

Les poulies folles sont groupées par 7; il-y-a 16 groupes de poulies non motrices totalisant ainsi 112 cables.

32 cables moteurs asurent le mouvement du bac et des 8 contrepoids.
Ils sont mus par 8 immenses cabestans.

4 moteurs triphasés couplé chacun à un réducteur grande vitesse transmettent le mouvement via des axes rotatifs et des cardans dans toute la salle.

Ces axes mobiles transmettent à leur tour, via des réducteurs petite vitesse le mouvement aux immenses cabestans faisant ainsi mouvoir les cables.
A noter aussi que chaque cabestan couplé au réducteur possè deux unités de frein.

Quelques vues plus générales...

Grimpons jusqu'a plus soif.

Pour conclure ce reportage, voilà deux photos prises depuis le toit de l'ascenseur.
Nous sommes à plus de cent mètres par rappport au bief aval.


Le rail

L'eau

L'énergie

Le fer et l'acier

La mine

Les bâtiments

Les casernes

Les inclassables


Les liens

Les nouveautés

Loi et sécurité

Qui suis-je ?

Courriel